Partagez|

Quand le journalisme va tout va (Astra)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

 

avatar

 
Messages : 139
Date d'inscription : 07/05/2016
Mon métier/maison : Etudiante en Journalisme, Pigiste
Mon âge : 24 ans

Coup de baguette
Inventaire:
Puissance:
24000/24000  (24000/24000)
Mes gallions: 620

MessageSujet: Quand le journalisme va tout va (Astra) Mar 14 Juin - 21:06





❝Quand le journalisme va tout va❞
Absynthe & Astra
Comme cela doit être douloureux de vivre toute sa vie en étant persuadée d'être quelqu'un, et de comprendre bien trop tard qu'en fait, on est une autre personne. J'espère que cela ne m'arrivera jamais.

"Donc voilà, sachez que si vous vous intéressez au journalisme, Masterward saura vous former au mieux ! Entre les stages, les cours faits par des professionnels, autant vous dire que vous êtes prêts à rentrer dans la vie active. Et n'oubliez pas qu'un projet va peut-être naître, et vous pourrez participer, vous faisant déjà connaitre de la gazette ... Mais ça, je viendrai en reparler lorsque tout sera en place. Il n'y a plus d'autres questions ?"

Comme ça fait bizarre d'être sur l'estrade, à la place du professeur. Alors non, je n'ai jamais rêvé d'être prof et cela ne m'arrivera JAMAIS ! Non mais sérieusement, vous me voyez enseigner à des gamins qui parfois, n'en n'ont rien à faire de votre matière ? Très peu pour moi. Mais je dois avouer que cette petite présentation de la filière journalisme de Masterward m'a plu. J'ai passé beaucoup de temps à la préparer, et c'est avec joie que j'ai vu que certains septième année semblaient s'intéresser au sujet.

"Rien d'autre alors ? Bon, sachez que si vous avez envie de venir m'en parler en tête à tête, je vais rester encore une bonne heure ici. Donc n'hésitez pas !"

Comme je suis fière d'être ainsi mise en avant. Et ce n'est pas pour rien si je me suis mise sur mon 31, mascara nickel, vêtements à la fois classe et sexy ... Je reste moi-même en même temps. Descendant de l'estrade, je remercie le professeur tandis que les élèves se dirigent tranquillement vers la sortie. C'est alors que j'aperçois une tête que je connais ... N'étant pas très physionomiste, impossible de remettre un nom ni de me rappeler où je l'ai vue.

"Excuse-moi, mais on s'est déjà vu, non ? Ton visage me dit quelque chose, mais ça doit faire quelques temps car je n'arrive plus à me souvenir où et quand !"

Nous sommes dans le couloir lorsque je l'interpelle. Je ne sais pas si elle a cours mais j'ai besoin de me souvenir d'où je la connais. Cette incapacité à graver les noms qui vont avec les figures m'agaçait sérieusement, et je me disais que c'était bien trop tard pour que cela change. Je tique alors légèrement sur son visage, sort mon crayon noir de mon sac et je lance:

"Attends deux secondes chérie, tu as un souci ... Voilà ... C'est mieux comme ça."

Et sans lui demander son avis, je remets du noir sous ses yeux. Ben quoi ? J'ai le droit d'aimer que les gens à qui je parle soient parfaits, non ?
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 

avatar

 
Messages : 100
Date d'inscription : 11/06/2016
Age : 25
Mon métier/maison : Hufflepuff
Mon âge : 17 ans

Coup de baguette
Inventaire:
Puissance:
11000/11000  (11000/11000)
Mes gallions: 0

MessageSujet: Re: Quand le journalisme va tout va (Astra) Mer 15 Juin - 2:00




Absynthe & Astra
Life does things the way you never expected

Aujourd'hui, c'était une journée spéciale. Nous avions de la visite. Le professeur nous avait prévenue de cela quelques jours auparavant. Ce qui était génial, car ça voulait dire qu'il n'y avait pas de cours. De plus, c'est toujours agréable d'entendre quelqu'un de parler de sa profession et de nous encourager à aller à Masterward. Enfin, il y avait une certaine excitation dans la classe. À l'arrivée de la dame, la plupart des mecs avaient de la bave qui leur coulait de la bouche. Bon, j'exagérais, mais il était vrai que la plupart l'avait trouvé bien roulé.

Quant à moi, je reconnu la femme devant nous. Je l'avais rencontré quelque temps plutôt. Je ne me rappelais plus quand, mais je me souvenais d'elle et de ses questions. Elle m'avait posé des questions sur le Quidditch et j'étais ravi d'y répondre. Par contre, je me souviens qu'elle avait tendance à essayer de trouver du croustillant, du personnel. Je pouvais comprendre pourquoi. Raconter des trucs sans artifices étaient peu lus.

À la fin de son exposé, elle demanda si on avait des questions, mais personne ne leva la main. Il faut dire que madame Taylor était venu préparer et semblait, à mon avis avoir tout dit. À chaque fois qu'une question me venait en tête, elle me devançait et y répondait. Ce genre de planification. Elle nous dit qu'elle resterait un peu pour ceux qui voulaient lui parler en tête-à-tête. Moi, je n'avais rien du tout à lui dire, car tout était complet. Même si je ne savais pas encore ce que j'allais faire de ma vie après Poudlard.

Je pris donc mes affaires et sortis du local. J'étais en route vers ma chambre quand la voix de la femme retentit. Je me retounai en me demandant si c'était à moi qu'elle parlait. Elle s'approcha de moi. Je fus étonné lorsqu'elle sorti son crayon pour refaire un peu mon maquillage. Je n'étais pas habitué à ce genre de choses. Ma mère ne m'avait jamais maquillé et je n'avais pas de grande soeur pour réparer mes petits soucis. Ceci dit, je ne bougeai pas et la laissa faire. « Merci. C'est gentil ! » lui avais-je dit en souriant. Elle ne savait pas à quel point j'avais apprécié le geste. Je n'aimais pas avoir l'air folle. Déjà avec ma maladresse, mon côté rêveur et mon envie de constant de vouloir chanter, je devais sembler étrange.

« Pour votre question - si elle s'adressait à moi -, nous nous sommes déjà vu. Mon nom est Astra Fay Lefévre. » Je ne voulais pas tout de suite lui dire où je voulais savoir si elle allait se le rappeler elle-même. « Et oui ça fait quelque temps de cela. » J'étais contente de l'avoir marqué et je me demandais pourquoi. « Est-ce que vous... Vous voulez que je vouvois ou pas ? » Je venais de réaliser que pour une femme de son âge se faire vouvoyer n'était certainement pas très amusant. Surtout, une femme comme elle qui fait attention à son aspect.

BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 

avatar

 
Messages : 139
Date d'inscription : 07/05/2016
Mon métier/maison : Etudiante en Journalisme, Pigiste
Mon âge : 24 ans

Coup de baguette
Inventaire:
Puissance:
24000/24000  (24000/24000)
Mes gallions: 620

MessageSujet: Re: Quand le journalisme va tout va (Astra) Mer 15 Juin - 11:15





❝Quand le journalisme va tout va❞
Absynthe & Astra
Comme cela doit être douloureux de vivre toute sa vie en étant persuadée d'être quelqu'un, et de comprendre bien trop tard qu'en fait, on est une autre personne. J'espère que cela ne m'arrivera jamais.

J'avais cette obsession de la perfection physique. Oh, j'étais loin d'être parfaite, je le savais bien, mais vraiment, je ne comprenais pas les gens qui ne faisaient rien pour mettre en valeur ce qu'ils avaient. Revenons à la nana à qui je suis en train de parler et dont je ne me rappelle pas le nom: elle a des yeux sublimissimes ! Mais elle est incapable de mettre un petit trait de khôl noir pour les faire ressortir. Vraiment ... Poudlard est une super école, mais il devrait y avoir un cours de mise en beauté. Tiens, c'est une idée à proposer, non ? Bon, on va me prendre pour une dingue ... Puis la directrice actuelle n'est pas de ce genre-là. Non pas que ce n'est pas une belle femme puisqu'elle est distinguée et classe, mais je me doute bien qu'elle risque de m'envoyer valser si je lui propose de mettre en place des cours d'esthétique. Pourtant, les sorciers aussi ont besoin de travailler sur leur physique, non ?

Bref, revenons à nos scrouts à pétard. La dénommée Astra était bien mieux comme cela et même si l'envie me tiraillait de lui refaire la coiffure, de lui mettre un peu de rouge à lèvres et d'unifier son teint, je ne pouvais pas jouer Marraine la bonne fée en si peu de temps.

"De rien, ne jamais se négliger ! Tu es en 7ème année, n'est-ce pas ? A ton âge, on pense aux garçons ... Penses-tu vraiment qu'ils préfèrent les filles qui prennent soin de soi ou celle qui n'ont aucune envie de leur faire plaisir ?"

Oui, j'étais très orientée trouver chaussure à son pied, même si, de mon côté, j'avais déjà mon fiancé depuis la naissance. Bien sûr, j'ignorais totalement que la roue allait tourner pour ma part, et c'est bien pour cela que je me permettais ce genre de remarque.

Je faillis alors m'étoquer lorsqu'elle me vouvoya ! Vous ne vous imaginez pas ce que ça peut foutre un coup de vieux ! Immédiatement, je la repris, alors qu'elle-même semblait se douter que me vouvoyer n'était pas la meilleure chose à faire.

"Alors, sauf si tu as envie que je te fasse vivre un enfer, tu me tutoies ... Je n'ai pas envie de prendre vingt années de plus ! Ca fait vieux ! Je ne suis pas prof, ni même ... ni même rien en fait !"

Elle m'expliqua alors qu'on s'était déjà vu. Astra Lefèvre ... Ah, ça y est ! Une fois que j'avais le nom, je pouvais me souvenir ...

"La gardienne de l'équipe de Poufsouffle, c'est cela ! Tu es prodigieuse ! Vraiment ! Tu comptes en faire ton métier ? Car si c'est le cas, mon intervention a du prodigieusement t'ennuyer ! Tu m'accorderais une petite interview pour le début de la saison de quidditch ? Je ne suis pas une grande reporter sportive, mais cela pourra m'être utile pour le projet que je monte !"

J'avais saisi par le bras la petite brune et je l'entrainais sur le rebord d'une fenêtre, sur lequel je m'assis tranquillement, sortant ma plume à papote et mon calepin, comme si elle m'avait déjà dit oui.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 

avatar

 
Messages : 100
Date d'inscription : 11/06/2016
Age : 25
Mon métier/maison : Hufflepuff
Mon âge : 17 ans

Coup de baguette
Inventaire:
Puissance:
11000/11000  (11000/11000)
Mes gallions: 0

MessageSujet: Re: Quand le journalisme va tout va (Astra) Jeu 16 Juin - 16:33




Absynthe & Astra
Life does things the way you never expected

Absynthe avait fait une petite retouche à mon maquillage. Je n'étais pas habituée qu'on me fasse cela. D'ailleurs, ça m'avait surprise, mais je l'avais tout de même laissé faire. Quand elle eue finit, je la remerciai. Elle me dit qu'il ne fallait jamais se négliger. Elle avait raison, mais jusqu'à un certain point. Quand on fait partie d'une équipe sportive finir avec les cheveux en bataille ou avoir les cheveux trempés ou autre chose qui peut nous arriver sur le terrain, c'est plus que normal. Donc, jusqu'à un certain point. Puis, trop c'est comme pas assez. « Oui, septième ! » dis-je le coeur palpitant. Dire cela me faisait toujours un petit quelque chose. J'étais à la fois heureuse, triste et incertaine de passer à une autre étape. « Eh bien... Je crois que la beauté est dans l'oeil de celui qui regarde, car la beauté est suggestive. Ce que je trouve beau peut ne pas l'être pour quelqu'un d'autre. » C'est pour ça que m'énerve quand, dans les livres, les auteurs d'écris leur personnage comme étant le plus séduisant et blah blah blah. Ça ne me dérange pas s'il est écrit au "je", par contre, car c'est l'avis du personnage.

Puis, je revins sur la question qu'elle m'avait posée plutôt. Je le fis en la vouvoyant. J'avais pris l'habitude de le faire avec les gens qui ne m'étaient pas proches. Puis, ça c'est simplement renforcé avec le fait qu'on doit vouvoyer les gens plus vieux que nous et ceux qui occupent des postes importants comme les professeurs. Puis, j'ai réalisé qu'une femme comme elle n'aimait peut-être pas ce genre de traitement. Je lui ai, donc, demander. Elle me répondit avec des couteaux dans les yeux. J'avais fait une boulette en la vouvoyant. Tant pis ce qui était fait était fait. Je pouvais que m'excuser. Je baissai un peu la tête. « Oui, je comprends. Désolée, ce n'était pas mon intention. C'est simplement que... j'ai l'habitude. » lui dis-je et termina avec un sourire navré.

Puis, elle finit par me replacer. Je relevai la tête et lui souris, heureuse. J'ai eu le droit à des compliments. Qu'aurais-je pu demander de plus ? Ça voulait peut-être dire que je ferais encore partie de l'équipe. Ouais, nos places n'étaient pas assurés. S'il y avait meilleur, on le prenait. D'ailleurs, je comprenais pourquoi. Notre maison n'était jamais prise au sérieux. De plus, on était "le reste" pour les autres. On devait montrer de quel bois on se chauffe. Hors de questions qu'on nous oublie. Puis, elle me dit que sa présentation devait m'avoir ennuyé. J'allais lui répondre, mais elle continua de parler. Elle me demanda si je pouvais lui donner une interview. Je lui aurais répondu, mais elle me saisit le bras et m'amena sur le rebord d'une fenêtre. Elle s'assit et sortit ce qu'elle avait besoin. Je restai debout. Comment allais-je lui dire ? « Humm... Vo... La saison de Quidditch n'a pas encore commencé. Nous sommes qu'en début d'année et... je ne suis pas sûre de faire partie de l'équipe cette année. J'aurais aimé t'aider, mais je ne peux pas. Je suis navrée. »

BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 

avatar

 
Messages : 139
Date d'inscription : 07/05/2016
Mon métier/maison : Etudiante en Journalisme, Pigiste
Mon âge : 24 ans

Coup de baguette
Inventaire:
Puissance:
24000/24000  (24000/24000)
Mes gallions: 620

MessageSujet: Re: Quand le journalisme va tout va (Astra) Dim 19 Juin - 19:18





❝Quand le journalisme va tout va❞
Absynthe & Astra
Comme cela doit être douloureux de vivre toute sa vie en étant persuadée d'être quelqu'un, et de comprendre bien trop tard qu'en fait, on est une autre personne. J'espère que cela ne m'arrivera jamais.

Et blablabla ... Non mais sérieusement, pourquoi les gens ont-ils toujours cette conception de la séduction ? Vous croyez vraiment que l'on peut séduire lorsqu'on ressemble à une pizza moldu, que l'on sent pire que le pet du scrout-à-pétard et qu'une étrange fumée verte sort de votre bouche ? J'en doute ... Non, j'en suis sûre en fait. Mais que voulez-vous, beaucoup se cachait derrière les histoires de beauté intérieure pour nier une évidence. Le physique compte. C'est ce que l'on voit en premier chez quelqu'un, et c'est ce qui fait qu'on a une bonne ou une mauvaise impression d'entrée de jeu. Après, je veux bien comprendre que le maquillage n'est que superflue pour certaines, mais n'est-il jamais agréable d'entendre un waouh lorsque vous passez devant quelqu'un ? Croyez-moi, ça l'est. Bon, ça peut attirer aussi les gars un peu lourds qui pensent que draguer une femme, c'est l'interpeller et lui dire des mots dégoûtants, mais c'est le revers de la médaille.

"Donc tu vas me dire que ce mec, là-bas, tu le vois, eh bien tu irais bien voir comment il est intérieurement pour voir si ça peut coller ? Les cheveux gras, une hygiène douteuse, des dents jaunes ... J'avoue, ça envoie du rêve !"

Je lui montrais du doigt un élève qui, à première vue, devait être en cinquième année. J'étais certes un peu moqueuse,  mais cet exemple illustrait parfaitement mes propos. Après l'avoir légèrement réprimandée pour m'avoir vouvoyée, je lui fis un sourire, puis, d'un geste de la main montrant que je ne lui en voulais pas.

"C'est oublié. Mais veille à ne pas recommencer."

J'appris alors que les équipes n'avaient pas encore été formées, mais dans mes souvenirs, Astra était vraiment une excellente gardienne. Cela serait réellement étonnant si elle n'obtenait pas le poste. Et quand bien même, cela ne l'empêchait pas de répondre à mes petites questions.

"Ce n'est pas grave ! Tu vas pouvoir facilement répondre à mes questions. Après tout, tu es une grande joueuse, et ce serait étonnant que tu ne sois pas reprise. Bon, commençons par ma première question: pensez-vous que le départ de certaines personnes seraient profitables pour que Poufsouffle remporte enfin la coupe ?"

Je n'y allais pas par quatre chemins et déjà, ma plume à papote se tenait au garde à vous.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Quand le journalisme va tout va (Astra)

Revenir en haut Aller en bas

Quand le journalisme va tout va (Astra)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Quand les gros maigrissent, les maigres meurent. 【Pv Hakushi Mihawk】
» Image de votre loup quand il était tout petit tout mignon !
» -Claire-"Tout homme s'enrichit quand abonde l'esprit" Serdy forever.~
» Quand tout semble perdue, une lueur d'espoir apparaît soudainement
» [FIN] Tout homme s'enrichit quand abonde l'esprit, Luna Lovegood.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Poudlard :: Premier étage-